IMG_3275 

(Editions Lanskine – 2014, 62 pages)

Lumineuse Sophie !

« Ce texte, à partir de fragments poétiques, est le récit de l’agonie et de la mort d’un homme écrit par celle qui l’a accompagné. Une histoire de famille face à l’inconcevable et des textes, photographies d’instants importants ou légers, qui, sans pathos, relatent des moments doux, amers, violents. Un regard plein d’acuité non dénué de tendresse qui n’oublie pas une sorte d’humour... politesse du désespoir.

Enseignante-chercheuse à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers), Sophie Roch-Veiras est spécialiste de didactique des langues et des cultures. Elle mène sa vie, jusqu’au jour où elle apprend que son mari est atteint d’un cancer de l’estomac. Huit ans après sa mort, elle s’est mise à écrire des fragments autobiographiques puis à suivre une formation à JALMALV (Nantes) pour accompagner des personnes en fin de vie. 1, 2, 3 Soleil est son premier livre de poésie. »
________________________________________

« Il reprend le travail. Le jour, il vit. La nuit, il vit. Il dort très peu. Il ne peut plus dormir. Il ne veut plus dormir. Il dit qu’il aura toute la mort pour se reposer. »

« Parce que l’horreur n’est pas la mort mais la perception de sa venue » (Carole Zalberg « Feu pour feu »)

Le jour où Sophie Roch-Veiras sophie m’a offert son livre, je l’ai feuilleté dans ma voiture, avant de rentrer chez moi... et je n’ai pas quitté le parking avant la fin de ma lecture, une heure après !

Les titres des paragraphes craquent comme des allumettes qui prennent feu et qui brûlent les doigts

"Annonce de la nouvelle "

"Verdict attendu"

"Nuits trop courtes"

" Nuits trop longues"

"Match terminé"

"Echéance encore plus proche"

"Secret de famille"

"Matin de sa mort"
etc

Le style saccadé des phrases traduit le souffle qui manque à Sophie Roch-Veiras, en train de vivre l’horreur : deux enfants en bas âge et un mari condamné.

Elle fait revivre dans ce recueil des petites bulles de temps arrêté avec le désir de les prolonger, de les authentifier avec des mots, pour les offrir à ses enfants, Timothée et Pablo, à qui elle dédie ce livre.

Elle leur transmet la force des souvenirs des derniers moments qu’ils ont vécus avec leur père en faisant respirer et vibrer chaque phrase !

On apprend qu’elle a eu le courage de détourner tout de suite l’odeur fétide du malheur (Ah le pull rouge le jour de sa reprise !) et de sceller, presque en quelques secondes, un destin à ses enfants.

 

1-2-3-soleilbis

 

Livre qui fait aimer, pleurer, partager, donner et qui rend plus fort car ayant connu un très grand chagrin, l’auteur nous donne accès à la pleine valeur de l’existence.

Merci Sophie !

mjo