malraux

Un opéra wagnérien.
André Malraux (1901-1976), le lauréat du prix Goncourt en 1933 avec « la condition humaine », a eu 5 femmes, dont 2 légitimes : Clara (1897-1982) et Madeleine (1914-2014), sa belle-sœur.

Madeleine, pianiste reconnue précoce, très douée, tombe follement amoureuse de Roland Malraux, demi-frère d’André. Elle l’épouse en 1943. Féru de politique, résistant de la 1ère heure en 1940, Roland tombera dans un guet-apens et sera déporté puis tué, en mai 1945. Il ne connaîtra jamais son fils, Alain, né un mois après sa mort. Roland restera le grand amour de Madeleine jusqu’à son dernier souffle, à 99 ans.

Dans la même période, la maîtresse attitrée d’André Malraux meurt accidentellement. Malraux ne veut pas s’encombrer de leurs deux fils. Il lui faut trouver une femme pour s’en occuper.

Jackie Kennedy dira qu’elle ne connaît pas homme plus intelligent qu’André Malraux. Son brillant parcours auprès du Général de Gaulle le prouvera.

Mais dans la vie privée, ce grand homme est « un amant timide », un père totalement défaillant, un époux dominateur et cynique.

Madeleine, cultivée, élégante, discrète, deviendra son épouse, parfaite, et sera une bonne mère pour les 3 fils Malraux.

Ses 20 ans de vie commune avec André M. lui laisseront un goût acide de vinaigre. Elle tient bon car elle sait qu’avec son mari, devenu Ministre, elle a la chance de faire une expérience unique. L’avenir lui donnera raison puisque Malraux la quittera froidement, sans jamais divorcer (important détail) et une nouvelle vie tartinée de miel la comblera (enfin !) pendant plus de 40 ans. Je vous laisse découvrir pourquoi et comment.
C’est éblouissant !

!!!!

mjo