Le nouveau nom     Elena Ferrante traduit de l'italien par Elsa Damien)

Editions Gallimard 2016

Ce « nouveau nom » c’est le nom marital. Pour l’arborer, faut-il perdre jusqu’à son identité ? Sans doute dans l’Italie du sud dans les années 60.

Celui de Rafaella Cerullo jeune fille très douée qui doit abandonner ses études pour la cordonnerie où travaille sa famille : elle épouse Stefano Carracci , épicier, dont la fortune paternelle obscure croise le destin maffieux des Solara.

Quant à son amie d’enfance, la narratrice, Lena Greco, issue du même milieu populaire napolitain d’après-guerre (elle et Lina comme elle appelle son amie Rafaella sont nées en 1944), elle continuera ses études, s’élevant ainsi au-dessus de son milieu d’origine. Elle restera persuadée qu’elle est pourtant la moins douée des deux et nourrit un sentiment d’admiration, d’envie et de gêne devant la vie libre que mène Lina en dépit de son mariage et de la pression de son entourage..

Lorsqu’elle retrouvera la trace de son amie ayant rompu avec tous les carcans de la société si corsetée d’alors et qu’elle aura lu les cahiers de Lina, elle écrira ce récit qui lui permettra de se réconcilier- grâce à l’écriture- et au témoignage de ce milieu dont elle est issue – avec ce qu’elle est devenue : une romancière qui sera préférée à l’intellectuelle ostracisée dans le milieu privilégié dans lequel ses études l’ont introduite… elle signera de son nouveau nom de femme : Elena Airota mais sans doute pour la dernière fois comme le laisse supposer la fin…

Naples, ses quartiers populaires, puis Pise et Milan dans les années  soixante : on pense aux films néo-réalistes italiens, mais on est ici dans une intimité très acérée, peu souriante au rebours de certains films ; on croise les grandes questions sociales et économiques qui traversent l’époque par le menu (les faits du quartier significatifs des idées et théories que Lina, de façon autodidacte ,comme Elena, de façon universitaire ,vont appréhender. Ces deux femmes libres, chacune à leur manière déploient, par leurs destins différents, une image extrêmement attachante de cette société italienne .

 

Anne Prono