miniaturist

Haletant, puissant et richement documenté.

Amsterdam, 1686. Nella, 18 ans, s'installe dans l'opulente demeure que Johannes, le marchand d'âge mûr qu'elle vient d'épouser, et qu'il partage avec sa soeur. En cadeau de mariage, il lui offre une maison de poupée reproduisant la leur, qu'elle entreprend d'animer grâce à un miniaturiste. Les créations de l'artisan lèvent peu à peu le voile sur les mystères de la maison et de ses occupants.

Un premier roman de haut rang sur l’époque et très bien conduit.

Le sort de la famille Brandt et de ses 2 domestiques m’a clouée au sol et ne m’a pas lâchée durant les 500 pages !

L’histoire, accordée aux mœurs du 17e siècle, intrigue le lecteur tant que les liens obscurs entre les personnages n’éclatent pas au grand jour.

La fibre littéraire exceptionnelle de Jessie Burton fait que ce roman restera ma lecture la plus marquante de l’été 2017.

A Angers, pas de miniatures en vue mais des œuvres géantes visibles sur différents espaces, jusqu’au 17 septembre. Ci-dessous, ma préférée, une jeune fille anonyme du street artiste portugais Vhils :

Vhils