A18671

« Dépourvu de sa terre ».

L’auteur est né en 1964 en Bosnie, où il exerçait la profession de journaliste dans une émission de jazz et de rock et déjà écrivain. Réfugié en France en 1992, il vit aujourd’hui en Bretagne. Manuel d’exil est son 9e livre publié en France et depuis 2008 il écrit directement en français. Monumental !

« Je suis une tâche gênante et sale, une gifle sur le visage de l’humanité, je suis un migrant ». Sale quand il manque de déodorant : « mon déodorant est Eau parisienne, c’est-à-dire l’eau du robinet et mon parfum est belge….je m’asperge de quelques gouttes de bière derrière les oreilles »… « Ma sueur est mon bouclier, il y a peu de monde qui ose s’asseoir près de moi dans les train". C’est bien dommage car à l’intérieur de cette enveloppe qu’est le corps de V.C. se love un prince, poète qui plus est, aimant et attachant.

Velibor Čolić nous raconte sa solitude, ses frustrations, ses aventures de réfugié « avec une ironie féroce et tendre ».

Il maîtrise la langue française comme un virtuose qui connaît les nuances et les tonalités les plus subtiles de sa partition. Il excelle notamment dans l’appréhension des personnes qu’il rencontre et ses portraits sont sublimes :

De Barbara « la 3e décennie dépose doucement une fine toile de rides autour de sa bouche »

De Joszef « En racontant une histoire, Joszef laisse toujours la place au silence entre les lignes qui exige l’intelligence de son public ».

Un plaisir continu de lecture durant les 200 pages du roman et de nombreuses méditations philosophiques universelles, à lire et à relire !