images

William, le narrateur, a promis à son meilleur ami sur son lit de mort qu’il s’occuperait de Mathilde sa fille dont il a perdu la trace. Si on ne sait pas bien pourquoi Louis est son meilleur ami ni comment William a retrouvé Mathilde, deux ans plus tard ils sont ensemble sur la route de Savigny-sur-Orge où réside l’ex de Mathilde et sa femme Sheila. Ils veulent la persuader de laisser Mathilde voir son fils Roméo alors que le juge a refusé tout droit de visite à cette mère au lourd passé psychiatrique.

Quand, dès le début, William dit "c’est par là que tout a commencé" le lecteur le prend en sympathie d’avoir accepté une telle responsabilité. Mais le personnage se révèle rapidement peu scrupuleux. Petit escroc il possède de multiples cartes de visite qu’il utilise au gré des circonstances. Il a l’art de se mettre dans des situations dont il sortira toujours perdant. Un loser-né.

Avec une écriture simple, pas dénuée d’humour, Yves Ravey nous embobine, nous promène et nous le suivons avec une certaine jubilation. Des descriptions géographiques, des attitudes, des faits. Pas d’analyse psychologique, pas d’émotions tout est factuel et semble inéluctable.

Maître d’un suspens Hitchcockien l’auteur inscrit son roman dans des paysages, une ville avec des personnages que n’aurait pas renié Raymond Depardon.

Brigitte.