pick4 Une lecture rafraîchissante.

En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Parmi ces livres, une jeune éditrice découvre ce qu’elle estime être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à la recherche de l’écrivain et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses... Aurait-il eu une vie secrète? »

Quand j’ouvre un paquet de Chamallow, guimauve faite de sucre, de blanc d'œufs et de gélatine, je mange le contenu en une seule bouchée ; Il en fut de même pour ce roman, je l’ai lu sans interruption et je le goûte encore.

Ecrit sous forme d’un polar amusant dans un style agréable, léger et ponctué de clins d’œil au lecteur, qui du coup pouffe de rire, D. Foenkinos nous immerge dans le monde du métier du livre qu’est l’édition, les librairies, les critiques littéraires, les démarcheurs, les bibliothèques.

p 118 « On parlait bien plus du mystère Pick que de son livre »

phrase clé du livre, pointe qu’un livre n’est pas toujours acheté pour son contenu mais pour l’histoire qui tourne autour du bouquin en question. (exemple type : « Merci pour ce moment » de V. Trierweiler)

De toutes mes lectures estivales 2016, je décerne la

- medaille1à ce roman : Le mystère Henri Pick de David Foenkinos

- médaille d’argent à  Manuel d’exil  de Velibor Colic (cf message du 22 août 2016)

- médaille de bronze à : Le roi disait que j’étais diable de Clara Dupont-Monod

mjo