destiny

Une aventure touchante.

« Dans le métro parisien, Anne, bourgeoise progressiste d'une soixantaine d'années, vole au secours de Destiny, une jeune Nigériane arrivée en France dans de tragiques circonstances. Débute alors une relation complexe où le tropisme humanitaire bien-pensant de la première se heurte à la résilience de la seconde. La véritable amitié nécessite des efforts réciproques. »

Les migrants que l’on voit à la télévision demeurent des figures abstraites, des chiffres, des commentaires, « des miettes balayées au gré des caprices d’autrui ».

La littérature, dans le détail, peut faire sentir les choses humaines plus profondément. Ainsi Pierrette Fleutiaux raconte dans ce récit le quotidien de Destiny et avec Anne, la narratrice, nous approchons son univers intime, affectif et mental, d’une violence sans nom. Le miroir de nos vies de nantis à ras bord qu’elle tend est piqué de grosses taches noires.

« A ses pieds, le sac en plastique noir, sac poubelle, dans lequel quelqu’un a rassemblé ses vêtements. Sa vie, un déchet de poubelle ».

Cependant « les migrants sont capables d’exploits qui relèvent du miracle ». Destiny, grâce aux rencontres bienveillantes, au Samu social (le 115), à la CGT, et surtout aux forces secrètes qui la portent, peut figurer dans le grand livre des miracles des migrants.

Un ver luisant dans la nuit.

mjo