cecilepivot

1er roman prometteur.

Bien construit et bien écrit, ce roman est un bonheur de lecture car il fait vibrer en nous, à un rythme fou, des cordes universelles : amour, amitié, famille (ici recomposée), enfance, vie professionnelle.

Anna, éditrice, et Paul, paysagiste vivent une belle histoire d’amour, jusqu’au « Grand Effondrement ». Encore une histoire d’amour ? Non, celle-ci, où les livres occupent une place centrale pour mon plus grand plaisir, diffuse des émotions qui tantôt barbouillent le cœur, tantôt le réchauffent.

« Anna connaît aussi le pouvoir de l’écriture, qui hypnotise l’auteur attelé à sa tâche. De même que certains s’écoutent parler, d’autres se regardent écrire». Cécile Pivot ne rentre pas dans cette catégorie et ses mots rayonnent d’une justesse infinie. Pour preuve, la relation magnétique que vit Anna avec ses 2 fils, dont Hugo, autiste, m’a donné le frisson.

La dernière partie du roman, censée baigner dans la mélancolie, est ultra drôle, jusqu’au point final. Bravo !

Attachant.