golem_

L’homme augmenté.
Golem : vieille légende de la mythologie juive, née à Prague au 16e siècle, selon laquelle un rabbin aurait créé un personnage d’argile, démesurément puissant, pour protéger la communauté des persécutions. Or un jour il s’est déréglé avec une formule magique mal appliquée et il s’est déchainé dans la ville. Cette légende a donné naissance à d’innombrables Golem au cinéma et en littérature. Par exemple Frankenstein descend de Golem.

Ce roman n’est pas l’histoire du Golem mais une adaptation de la légende à aujourd’hui.

P. A raconte l’histoire d’un homme contemporain, grand maître d’échecs, arrêté par la police car soupçonné du meurtre de son ex-femme. A la faveur d’un accident, il est pris d’un coup de folie et il se sauve. Au cours de sa fuite, que le lecteur suit pendant tout le roman, Il va se rendre compte progressivement que son meilleur ami, qui est neurochirurgien, lui a fait, à son insu, une opération du cerveau. Il craint que son ami médecin ne l’ait « golémisé » et transformé en monstre, ce qu’il ne constate pas dans le miroir mais dans le reflet que les autres lui renvoient.

Un thriller haletant qui soulève un aspect scientifique très dangereux, le transhumanisme, à savoir pratiquer sur un homme sain une stimulation cérébrale profonde pour en faire un homme augmenté afin d’accroître ses performances, en l’occurrence au jeu d’échecs. Ces techniques existent déjà mais sont destinées uniquement à soigner des gens.

Pierre Assouline, écrivain, critique littéraire, professeur d’écriture dans une école de journalisme, a un style coulant où rien ne péche ; j’ai savouré une minutie dans l’écriture, élégante et érudite, teintée d’humour. La ligne narratrice avance, nourrie de suspens et de rebondissements.

Un plaisir intelligent !
mjo