06 septembre 2019

Cartons de Pascal Garnier

Déménagement, dépression et dégringolade. « Brice, illustrateur de livres pour la jeunesse, quitte son appartement lyonnais pour une maison isolée à la campagne, qu'il a choisie avec son épouse Emma, journaliste, alors en voyage en Egypte. Sans nouvelles d'elle, il déserte son logis et s'installe dans le garage, au milieu des cartons, où il poursuit sa descente aux enfers. » Un style qui m’a subjuguée : une chorégraphie de descriptions simples de petits riens de la vie et de métaphores grandiloquentes exagérées,... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 12:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

01 août 2019

Une vie entière de Robert Seethaler

Un retour sur le temps perdu. L’auteur dessine, sans ornements, le portrait saisissant d’un homme de peu qui a construit sa vie tout seul. Orphelin à l’âge de quatre ans, placé chez une brute dont les coups l’ont rendu boiteux, il se regarde dans le miroir au soir de sa vie et déclare « Comme tous les êtres humains, il avait, lui aussi, nourri en son for intérieur, pendant sa vie, des idées et des rêves. Il en avait assouvi certains, d’autres lui avait été offerts. Beaucoup de choses étaient restées inaccessibles ou lui avaient... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 10:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
08 octobre 2018

Tenir jusqu'à l'aube de Carole Fives

Un coup de poing. « Une jeune mère célibataire s'occupe de son fils de deux ans. Du matin au soir, sans crèche, sans famille à proximité, sans budget pour une baby-sitter, ils vivent une relation fusionnelle. Pour échapper à l'étouffement, la mère s'autorise à fuguer certaines nuits. Comme la chèvre de Monsieur Seguin, elle tire sur la corde, mais pour combien de temps encore ? » Carole Fives, mère célibataire d’Odilon, à qui elle dédie son livre, plie et déplie le quotidien froissé d’une femme seule, démunie face à... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 09:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 juin 2018

La belle n'a pas sommeil d'Eric Holder

  Sur une presqu'île qui pourrait être le Médoc, Antoine a installé sa bouquinerie dans une grange située au milieu d'une épaisse végétation, presque introuvable sans l'aide de la mystérieuse Mme Wong. Il mène une vie heureuse auprès de ses livres et de ses chats jusqu'à ce qu'il fasse la connaissance de Lorraine*, une conteuse professionnelle qui tourne de commune en commune. Ce magnifique roman, ourlé de poésie, nous parle d’amour de la nature, à contrario du monde. L’auteur appuie sur la jouissance de la vie qui passe et... [Lire la suite]
12 novembre 2016

Un bruit étrange et beau de Zep

Le vœu de silence. "Depuis 25 ans, William fait partie de l'ordre religieux des chartreux. Mais un héritage l'oblige à se rendre à Paris où il est confronté à son ancienne vie. Sa rencontre avec Méry, jeune femme atteinte d'une maladie incurable et décidée à profiter de ses derniers jours, bouleverse et interroge ses choix et ses certitudes." ©Electre 2016 Si vous ne devez lire qu’une BD en 2016, c’est celle-ci ! Il y flotte le mystère de l’âme humaine et de la foi qui laisse des traces. De beaux dessins aux couleurs... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 17:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
07 octobre 2015

Les chaussures italiennes d'Henning Mankell

"A soixante-six ans, Fredrik Welin vit reclus depuis une décennie sur une île de la Baltique avec pour seule compagnie un chat et un chien et pour seules visites celles du facteur de l'archipel. Depuis qu'une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, il s'est isolé des hommes. Pour se prouver qu'il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s'y immerge chaque matin. Au solstice d'hiver, cette routine est interrompue par l'intrusion d'Harriet, la femme qu'il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Fredrik ne... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
25 juin 2015

Tartes aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau

Un premier roman, singulier, qui se lit vite, chapitres courts, 134 pages. L’auteur traite d’un propos sérieux, la dépression d’un jeune homme que sa bien-aimée vient de quitter, avec des mots qu’il frotte soigneusement pour en faire des étincelles et qui font un pied de nez au malheur de ce garçon. p 69 : « Je serais incapable de dire si j’ai pleuré en millilitres, en centilitres ou en litres. Je sais qu’avec tout ce qui est tombé j’aurais pu prendre un bain et me rincer avec le surplus. » Le style, surprenant, m’a... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,