19 mars 2019

Etty Hillesum, une voix dans la nuit de Cécilia Dutter

LA VIE MAJUSCULE. Cecilia Dutter : Pourquoi j’ai écrit ce livre ? … «  en flânant dans une librairie, je suis tombée sur le journal d’Etty Hillesum. Je n’avais jamais entendu parler d’elle ni de ses écrits mais je l’ai acheté comme j’achète la plupart de mes livres, sur une impulsion. Dès les premières lignes, j’ai eu un choc. Cette femme indépendante, passionnée, paradoxale, à la fois dotée d’une grande sensualité et irrésistiblement attirée par le Ciel, m’a bouleversée. ….J’ai souhaité réconcilier la femme et la mystique. En... [Lire la suite]

22 décembre 2016

Un dangereux plaisir de François Vallejo

Gastronomie et sensualité. « En dépit de la nourriture que ses parents lui imposent et qu’il rejette avec constance, Élie Élian s’attarde à l’arrière du restaurant qui s’est ouvert dans son quartier. Les gestes qu’il observe, les effluves dont il se délecte sont une révélation : il sera chef-cuisinier. Son passage dans l’établissement de la veuve Maudor sera déterminant. Elle l’initie à l’amour fou et lui offre d’exercer son incroyable génie culinaire. Puis ses errances dans un Paris en proie aux émeutes le mèneront jusqu’au... [Lire la suite]
29 octobre 2016

La cheffe, roman d'une cuisinière de Marie Ndiaye

Une déesse de la gastronomie. Le narrateur relate la vie de la cheffe, une cuisinière installée à Bordeaux dont il fut l'assistant. Il raconte son enfance dans une famille d'ouvriers agricoles, l'ouverture de son restaurant, son adolescence, ses premières expériences culinaires, ses employeurs et la déroute de son établissement suite à l'application de règles absurdes par sa fille après son école de commerce. ©Electre 2016 Je viens de vivre un moment de grâce : oui les « phrases de Marie Ndiaye se déploient lentement,... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 10:05 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
27 mai 2015

Les hommes meurent, les femmes vieillissent d'Isabelle Desesquelles

  Lâcher-prise au salon de beauté. Mesdames, repoussez à plus tard l’achat de votre prochain pot de crème antirides et courez acheter ce livre qui vous déridera le temps de 220 pages de lecture. 10 femmes de la même famille, entre 20 et 94 ans, fréquentent l’Eden, le salon d’Alice, esthéticienne, qui a non seulement le don de les embellir, les masser, mais aussi de faire tomber le masque dont elles se parent au quotidien. Alice écoute, soulage, dénoue, conseille. En tête des chapitres, I. Desesquelles dresse d’abord un bref... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 09:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,