20 avril 2019

Comme à la guerre de Julien Blanc-Gras

La paternité aujourd’hui. « A bientôt 40 ans, le narrateur vient d'être père, dans un Paris meurtri par les attentats de 2015 où les militaires patrouillent devant les crèches. Tout à la fois émerveillé devant son fils et inquiet de cet environnement anxiogène dans lequel celui-ci va grandir, il plonge dans les journaux intimes de ses grands-pères, qui ont vécu les traumatismes de la Seconde Guerre mondiale » Les livres où la fraicheur, la jeunesse et la spontanéité se font rares donc je m'empresse de citer le dernier... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 13:41 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 octobre 2017

Les bottes suédoises d'Henning Mankell

Un cocktail gouleyant. Et pourtant rien de gai dans l’ultime roman de l’auteur, au seuil de la mort. (cf Sable mouvant). Je n’ai noté aucun sourire, aucun rire, tout est définitivement grave chez H. M., en 2015. La première ligne annonce l’atmosphère :  « Ma maison a brûlé une nuit d’automne ». Le médecin, dont la carrière a été brisée par une tragique erreur, réapprend à vivre sur son île, dépouillé du superflu, dans la caravane de sa fille, Louise, fantasque et qui lui réservera des surprises. Apparaîtront... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 10:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
11 juillet 2016

Jours blancs de Jeroen Brouwers

La force du lien. Né en 1940 à Batavia (aujourd’hui Djarkarta), capitale des anciennes Indes néerlandaises, J. Brouwers est l’un des écrivains actuels les plus importants des Pays-Bas. « Je n’avais aucun scrupule à ce que ta mère avorte » est ce qu’aurait répondu le narrateur à son fils, Nathan, si celui-ci lui lançait un jour à la figure « Je n’ai pas demandé à naître ». Les dés sont jetés. « Isolé dans sa maison blanche, un homme compte les arbres, un à un, du bois alentour. Eux sont quantifiables…. Au rythme de ses pas,... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 08:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,