10 avril 2019

Battements de cœur de Cécile Pivot

1er roman prometteur. Bien construit et bien écrit, ce roman est un bonheur de lecture car il fait vibrer en nous, à un rythme fou, des cordes universelles : amour, amitié, famille (ici recomposée), enfance, vie professionnelle. Anna, éditrice, et Paul, paysagiste vivent une belle histoire d’amour, jusqu’au « Grand Effondrement ». Encore une histoire d’amour ? Non, celle-ci, où les livres occupent une place centrale pour mon plus grand plaisir, diffuse des émotions qui tantôt barbouillent le cœur, tantôt le... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 10:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 décembre 2018

Le discours de Fabrice Caro

Un one-man show hilarant. Adrien, 40 ans, dîne en famille en attendant désespérément le texto d'une ex-petite-amie. Un récit comique et émouvant, mêlé d’absurde savamment distillé. 1ère ligne : « Tu sais, ça ferait plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie ». Bloqué dans la salle à manger de ses parents, en compagnie de sa sœur et de son futur beau-frère, Adrien, tétanisé à l’idée de devoir faire un discours le jour du mariage, nous offre un monologue extrêmement drôle, mélancolique,... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 08:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
21 novembre 2017

Micheline de Sylvie Ohayon

Une petite fleur sur un tas de fumier. Après la lecture ahurissante  du récit  Les attachants de Rachel Corenblit qui témoigne que les enfants  de CM2 à l’école des Acacias, dans un quartier défavorisé, ne peuvent rien assimiler en raison de leur contexte familial difficile, le récit de S. Ohayon m’a remonté le moral car elle revient, elle aussi, de loin. « Avec ce roman, l’auteure écrit le livre de sa mère. Pas une déclaration d’amour mais une superbe tentative de compréhension littéraire, un regard aussi... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 12:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
05 octobre 2017

Les bottes suédoises d'Henning Mankell

Un cocktail gouleyant. Et pourtant rien de gai dans l’ultime roman de l’auteur, au seuil de la mort. (cf Sable mouvant). Je n’ai noté aucun sourire, aucun rire, tout est définitivement grave chez H. M., en 2015. La première ligne annonce l’atmosphère :  « Ma maison a brûlé une nuit d’automne ». Le médecin, dont la carrière a été brisée par une tragique erreur, réapprend à vivre sur son île, dépouillé du superflu, dans la caravane de sa fille, Louise, fantasque et qui lui réservera des surprises. Apparaîtront... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 10:42 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 juin 2016

Lorette de Laurence Nobécourt

Une re-naissance inédite. 4e de couverture : « Pour la première fois, en 2013, m'a été révélé le sens de mon prénom d’origine : Laurence ; qui signifie « l’or en soi » dans la langue des oiseaux. Prénom dont je décide de signer mes livres à venir. A quoi m’aura servi ce prénom de Lorette que j’ai porté tant d’années, sans pourtant qu’il fût mien ? Maintenant je m’appelle Laurence. C’est mon prénom d’origine. J’ai réussi à ne pas l’égarer. J’ai tout perdu, mais j’ai retrouvé mon prénom » L N... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 17:55 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 mars 2016

La renverse d'Olivier Adam

« Familles, je vous hais… » A. Gide « Antoine, 25 ans, employé de librairie en Bretagne, apprend la mort de Jean-François Laborde: personnalité politique célèbre, ancien maire et ancien ministre, sa carrière avait été entachée dix ans plus tôt par une affaire de viols et d'abus sexuels à laquelle la mère d'Antoine, Cécile Brunet, avait été mêlée. Obligé de se replonger dans ce trouble passé, Antoine devient acteur de sa propre vie. » Olivier Adam invente toujours des histoires tragiques, localisées en Bretagne, qu’il décrit... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 09:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
01 février 2015

Le roman des Jardin d'Alexandre Jardin

Que des surprises.La famille et les amis de l’auteur surprennent le lecteur par leur Exentricité époustouflante. La langue de Jardin est une aventure à elle toute seule et je me suis délecté au fil des 300 pages : un style recherché, ampoulé, mais extrêmement drôle et plaisant. p. 99 « … les Jardin purent ainsi s’enorgueillir de posséder des animaux de compagnie vivant à l’air libre – nos affreux chiens – et un autre, plus longiligne, qui se dandinait à l’intérieur du corps de notre grand-mère : notre vorace ténia anaérobie.Pendant... [Lire la suite]
Posté par lanceflamme à 08:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,