10 mai 2018

Microfictions 2018 de Régis Jauffret

  * « Chaos d’histoires. » Prix du Goncourt de la nouvelle, décerné le 4 mai 2018. 500 courtes histoires (moins d’une page et demie) de personnages ordinaires confrontés à des situations touchantes, cruelles voire monstrueuses : un couple qui élève un enfant autiste, un père et sa fille tous deux atteints d'un cancer ou encore un enfant mal-aimé qui poignarde sa mère… Au risque de s’y noyer, impossible de plonger dans ce volume de 1020 pages* sans pause, pour reprendre sa respiration. Le pessimisme sur la condition... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 juin 2016

IL RESTE LA POUSSIERE de SANDRINE COLLETTE

    La Patagonie : ses terres immenses, ses espaces ouverts à tous les vents, ses sols ingrats tout juste bons à contenter les moutons. C’est là que vit une famille de 5 personnes : « la mère » jamais autrement nommée par ses 4 fils, des jumeaux, Mauro et Joaquin, Steban et « le petit » Rafael. Dans cet univers hostile ils s’échinent à faire vivre une  estancia  : quelques centaines de têtes de moutons qu’il faut mener en pâture, tondre, soigner, déplacer,  surveiller et... [Lire la suite]
23 novembre 2015

Feu pour feu de Carole Zalberg

Brûler pour exister ?Un père a arraché sa fille, encore bébé, du feu de la guerre (au Rwanda ?), où la mère et le frère sont morts, pour tenter une survie dans le « Continent Blanc ». A 15 ans, Adama se retrouve en prison car, à son tour, elle a provoqué la mort de plusieurs personnes en mettant le feu à une boîte aux lettres dans son immeuble. Feu pour feu. Le père, aimant, est effondré et s’interroge, culpabilise, se fait des reproches. L’entrelacement de deux modes d’expression en complète opposition, celui du narrateur,... [Lire la suite]
27 septembre 2015

Ce sont des choses qui arrivent de Pauline Dreyfus

Un secret de famille gênant pour l’époque. « Une aristocrate frivole traverse l’Occupation sans encombre, ou presque. Avec brio, Pauline Dreyfus aborde d’un ton ironique un sujet grave." Un style magistral, tout en délicatesse et d’une parfaite élégance, alors que le roman aborde des sujets sombres : la position et les préoccupations frivoles des gens bien nés sous l’Occupation, leur égoïsme boursouflé, le souci des apparences qui mènent à l’absurde, le sort malheureux des Juifs, la dépendance à la drogue, les enfants adultérins. ... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,