seethalerUn retour sur le temps perdu.

L’auteur dessine, sans ornements, le portrait saisissant d’un homme de peu qui a construit sa vie tout seul. Orphelin à l’âge de quatre ans, placé chez une brute dont les coups l’ont rendu boiteux, il se regarde dans le miroir au soir de sa vie et déclare

« Comme tous les êtres humains, il avait, lui aussi, nourri en son for intérieur, pendant sa vie, des idées et des rêves. Il en avait assouvi certains, d’autres lui avait été offerts. Beaucoup de choses étaient restées inaccessibles ou lui avaient été arrachées à peine obtenues. Mais il était toujours là»

Ce « Mais » est la clé de ce roman et donne raison à André Malraux qui a dit que

« La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie »

De l’or pur.