kentQuête de renouveau.

Vincent, musicien, apprend le décès accidentel de sa femme, Karen, connue dans le monde entier pour ses créations d’art urbain. Il demeure de marbre à cette nouvelle et met cet état sur le compte d’un lent désamour de sa part.

Le lecteur suit alors le chemin d’un homme archi blasé qui se cherche une nouvelle vie mais à 50 ans il découvre que la société ne l’attend plus comme à 20 ans. L’agilité de ses pensées, quoique déprimantes, m’a beaucoup plu. Je reproche un rythme d’écriture un peu faible mais compensé par de belles métaphores, dont je raffole.

Puis coup de théâtre : La visite de la voisine confirme que  l’on ne pourra jamais prétendre connaître nos proches et une découverte dans les coussins du canapé révèlera l'innommable. Parfois, seule la mort rend visible des vérités mais il est trop tard.

Réaliste.