Une fratrie meurtrie par un secret pesant.sizun

J’ai retrouvé l’authentique virtuosité qui guide de bout en bout la plume de Marie Sizun. Son art de la  narration fluide m’a une nouvelle fois saisit. Elle ausculte les pensées tues de ses personnages, leurs intuitions et les plaies qui suppurent. Louise, Eugénie et Alice ont vécu dans un siècle et dans un milieu où il est difficile de s’affranchir du sexe auquel elles appartiennent, entourées d’un père étonnamment égoïste et sa petite-fille, Lô, l’a bien cerné, sans même l’avoir connu :

« Il m’a tout l’air d’avoir été un parfait salaud ».

« La gouvernante suédoise se terminait en 1877, à la mort de Hulda, la jeune épouse de Léonard Sézeneau. Leurs cinq enfants sont traumatisés. Les garçons sont envoyés en pension tandis que les trois soeurs demeurent avec leur père. Fertile en rebondissements, ce roman nous montre une société en pleine évolution et la dignité nouvelle trouvée par les femmes ».

Quant à la gouvernante suédoise, Livia, sa tragédie poignante vous bouleversera.

coupcoeur1