lacoquille

Prisonnier politique en Syrie.

Domination, humiliation et souffrance.

« Après un séjour en France, le narrateur décide de rentrer en Syrie où il est arrêté par la police politique. Accusé d'être membre du mouvement des Frères musulmans, alors qu'il est chrétien et militant d'extrême gauche, il est conduit dans une prison dans le désert où il séjournera 13 ans. Un réquisitoire sobre et poignant contre le régime du président Assad. »

Aimer ou ne pas aimer ce récit ne saurait être la question ; j’ai lu, pétrifiée, la bestialité acharnée dont font preuve les dominants et la détresse abominable des prisonniers.

« Qu’est-ce que je suis ? Un homme ? Un animal ? Une chose ? »

J’ai été frappée par l’absolue nécessité du narrateur de ne pas faire de bruit avec son corps tout entier, en raison, entre autres, de sa mise en quarantaine par les 30 compagnons de sa cellule ; il a choisi de rester muet pendant 10 ans, ce qui représente un paquet d’efforts contre lui-même mais qui s’avèrera une bonne idée.

Durant sa captivité, il reste envers et contre tout un homme car si la liste des horreurs insoutenables gonfle de page en page, le lecteur s’émerveille de la résistance de ces hommes inventifs à l’infini, courageux, virils et surtout dignes.

Un concentré de barbarie.