zorbaLa Grande Certitude.

La rencontre entre Zorba le Grec et le narrateur, un ingénieur : leur amitié, leur voyage et l'échec de leur entreprise crétoise. Une aventure spirituelle et aussi un immense poème, chef-d'oeuvre de N. Kazantzaki, érudit, homme d’action, libéré de la religion. Sur sa tombe, à Héraklion, on lit :

« Je n’espère rien,

Je ne crains rien,

Je suis libre »

 « - Est-ce que tu peux me dire, patron… pourquoi est-ce qu’on meurt ?

- Je ne sais pas, Zorba ! ..

- Tu ne sais pas ! fit Zorba, …. Alors, tous ces sales bouquins que tu lis, à quoi ça sert, hein ? Pourquoi tu les lis ? Et s’ils ne disent pas ça, qu’est-ce qu’ils disent ?

- Ils disent la perplexité de l’homme qui ne peut répondre à ce que tu demandes, Zorba »

Zorba, 65 ans« avec son infaillible instinct et son primitif regard d’aigle » élargira le cœur du patron, jeune, intelligent, riche mais à qui il manque quelque chose d’essentiel. Il lui donnera des pistes pour « trouver un pont secret avec l’autre rive », puisque « nous prendrons tous le même chemin ».

L’histoire d’amitié de ces 2 hommes, que tout sépare, crépite d’étincelles à toutes les pages, attisées par leur lieu de vie en Crète, au climat méditerranéen, entre mer et nuages, au vent chaud venu d’Afrique qui délivre des parfums de sauge, de thym, de romarin, de fleurs d’orangers ou de citronniers.

Alexis Zorba : un diamant de la plus belle eau.

« Tous les hommes ont leur folie, mais la plus grande folie,

m’est avis que c’est de ne pas en avoir »