Perrignon-Judith-C-etait-Mon-Frere-Theo-Et-Vincent-Van-Gogh-Livre-895463408_LTragique destin des frères van Gogh.

L'auteur emprunte sa voix à Théo, jeune frère de Vincent Van Gogh, ainsi que ses souvenirs pour écrire ce récit dans lequel il évoque son frère.

Vincent, fragile psychiquement, au « cervelet endommagé », s’est suicidé à 37 ans, inconnu et pauvre.

p101 : « J’ai mis du temps à comprendre combien il était en avance et que jamais il ne verrait les fruits de son travail…. »

Théo, atteint de syphillis, est mort de démence après une longue agonie, à l’hôpital psychiatrique, à 33 ans.

p 98 : "Ma toux est grasse, coulée de lave venimeuse et vénérienne, chargée des souvenirs et des menaces du vieux Dr Gruby. « Pas de femmes » disait-il sévère ….."

160 pages d’écriture délicate qui m’ont appris la relation fusionnelle qu’entretenaient les deux frères, tous deux morts prématurément, à 6 mois d’intervalle (Vincent** en juillet 1890 et Théo* en janvier 1891).

Déchirant et éclairant.

* Théo

800px-Theo_van_Gogh_(1888)** Vincent  Edmond_Benard_photographie_academie_Van_Gogh_portrait_detail