sandormarai

1942

Gros coup de cœur.

Henri et Conrad, amis d'enfance, ont aimé la même femme. Elle est morte, ils se sont séparés. Quarante ans après, ils se retrouvent pour une ultime confrontation. 

La tension dramatique extrême, l’écriture sobre et précise- dans le même sillon littéraire que S Zweig - font de ce roman, d’une beauté, d'une grandeur et d'une noblesse incomparable, un chef-d’œuvre.

Sándor Márai est reconnu comme l’un des plus grands auteurs de la littérature hongroise et l’un des maîtres du roman européen. Sa biographie à elle seule mérite un détour.

Le régime communiste installé depuis 1944 dans l’empire austro-hongrois l’oblige à émigrer en 1948, en Italie d’abord puis aux USA où il se suicidera 41 années plus tard, 8 mois seulement avant la fin de la République populaire de Hongrie proclamée le 23 octobre 1989. Il sera totalement ignoré par les instances littéraires de son pays pendant toutes les années du communisme : ses livres resteront interdits et ne seront pas édités jusqu'à la chute du régime. En 1990, Sándor Márai a reçu le Prix Kossuth, la plus haute distinction hongroise, à titre posthume.

« Une chose est pire que n’importe quelle souffrance, c’est la perte de l’estime de soi. »

Sublimissime.

Billet rédigé dans le cadre du mois de l'Europe de l'Est d'Eva, Patrice et Goran