25 juin 2015

La Montagne Magique Jirô Taniguchi

Cette BD a été éditée en 2007: elle reflète vraiment l'univers à la fois réaliste et poétique de Taniguchi salué au festival d' Angoulêmes: la campagne japonaise, ses mythes et ses rites, l'enfance et le passage à l'état adulte à travaers l'épreuve de la maladie... La "Montagne magique" n'est pas celle de Thomas Mann, mais un endroit qui recèle des secrets que de jeunes garçons doivent affronter en pénétrant un souterrain qui mène au coeur du domaine du "seigneur de cette montagne" Ken- ichi et Sasiko sa petite soeur auront-ils le... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 15:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2015

Kiki de Montparnasse Catel et Bocquet

  Si vous aviez toujours voulu savoir à qui appartenait le beau dos nu en forme de violoncelle immortalisé par Man Ray, précipitez vous sur ce roman graphique de Catel et Bocquet ! Vous vivrez dans le fameux Montparnasse en ss compagnie et de tous les artistes dont elle fut le modèle et la muse: Chaïm Soutine, Kisling, Foujita, elle côtoie les surréalistes, Breton, Eluard auxquels  elle préfére Tzara, Cocteau... Sa vie libre est un tumulte et un scandale qu'elle assume joyeusement, elle se mettra à la peinture, ira tenter... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 15:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2015

Toute la lumière que nous ne pouvons voir Anthony DOERR

  Toute la lumière que nous ne pouvons voir Anthony... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2015

Bilqiis – Saphia Azzeddine

« Vous priez encore Dieu ? – Bien sûr. Pourquoi ne le ferais-je pas ? – Eh bien, il me semble qu’Il vous a abandonnée ces derniers temps. – Allah ne m’a jamais abandonnée, c’est nous qui l’avons semé. Bilqiis, héroïne de ce roman, risque la mort par lapidation. Elle a commis le « crime »  de monter au minaret  pour proclamer l’appel à la prière à sa façon. « C’est une femme indocile dans un pays où il vaut mieux être n’importe quoi d’autre et si possible un volatile ». Qui plus est, elle possède des... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 11:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 juin 2015

Tartes aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau

Un premier roman, singulier, qui se lit vite, chapitres courts, 134 pages. L’auteur traite d’un propos sérieux, la dépression d’un jeune homme que sa bien-aimée vient de quitter, avec des mots qu’il frotte soigneusement pour en faire des étincelles et qui font un pied de nez au malheur de ce garçon. p 69 : « Je serais incapable de dire si j’ai pleuré en millilitres, en centilitres ou en litres. Je sais qu’avec tout ce qui est tombé j’aurais pu prendre un bain et me rincer avec le surplus. » Le style, surprenant, m’a... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
20 juin 2015

2e banquet, Villa Pompidou

    Menu à la carte :                                                     et une petite louche de rab : - La femme au carnet rouge d’Antoine Laurain - La montagne magique de Jirô Taniguchi - Kiki de Montparnasse de Catel & Bocquet - A boire et à manger de Guillaume Long - Les mains du miracle de Joseph Kessel - Le dernier gardien d’Ellis island de... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 13:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
18 juin 2015

Les poissons ne ferment pas les yeux - Erri De luca

Le narrateur, 50 ans, livre ses impressions. Celles de son éveil à la conscience du monde, à l’altérité. Il a alors 10 ans. L’esprit disponible, en vacances à la mer, tout est propice à sa métamorphose, la plage où il se réfugie pour lire et faire des mots croisés, mais aussi des rencontres : -      Un pêcheur, figure tutélaire, avec qui il goûte les plaisirs de la mer. -      Une fillette, peu ordinaire, comme sorti d’un rêve, lui fait comprendre le verbe... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2015

Le maître a de plus en plus d'humour de Mo Yan

L’humour ne s’exporte pas. Le titre m’a plu : en 4e de couverture je lis que ce conte féroce et délicieusement naïf est en fait une critique du capitalisme. Il donne envie de dévorer toute l’œuvre (Beaux seins, Belles fesses, La Dure Loi du karma, La Mélopée de l’ail paradisiaque entre autres) de cet auteur, qui sait critiquer sans vulgarité et avec beaucoup de délicatesse. Une déception totale, de bout en bout ! Pourtant cet auteur a eu le Prix Nobel de littérature en 2012 ; j’ai dû passer à côté de quelque chose, c’est... [Lire la suite]
Posté par orfevre à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,