lanoy200_Océanique
Loïc, un jeune adulte mentalement balafré par la mort de sa femme, Klara, une adolescente au caractère bien trempé et Sol, un gosse, autiste, se perdent  accidentellement « sans voiles, sans moteur et sans ancre » durant de longs mois sur l’océan dans un minuscule bateau de plaisance. Ils vivront une aventure humaine hors norme où les éléments de la nature décident du quotidien.


Je classe ce livre au premier rang de mes lectures en 2015, car il m’a offert toutes les qualités que j’apprécie dans un roman : l’histoire, le style et un message qui permet au lecteur d’être plus intelligible à lui-même.


L’histoire : 3 personnages se côtoient dans les pires conditions de survie. Chair et jus de poissons volants crus une fois la réserve de nourriture et d’eau épuisée, toilette à coups de seau d’eau de mer, nuits sans repos du fait de l’exiguïté du lieu ou des conditions météorologiques et problème de santé majeur pour Loïc ; la liste des soucis est interminable. Klara est une fille haute en couleur, pas facile et Sol, insaisissable, naîtra une seconde fois à la faveur d’un événement survenu au cours de la dérive en mer.  La fin du livre est hallucinante.


Le style : phrases sinueuses, savoureuses, poétiques, pailletées d’un langage de charretier que Klara, l’effrontée, utilise sans vergogne. Sol émet des sons, jamais au hasard. Un concert de jazz !


Le message : des 50 dernières pages, grâce à Sol, émerge une philosophie simple et profonde, un condensé dégraissé des théories de physiciens (Einstein, Schrödinger), des mathématiciens (Pythagore), des philosophes (Leibniz, Descartes).
La lecture de ce roman colore la vie autrement.

! ! ! ! !
mjo